Humans of Paris portrait

 » Voilà une des histoires qui m’a le plus frappé, dans laquelle j’ai pu m’intégrer et vivre pleinement.

Je cherchais des personnes à photographier près du Louvre, dans la cour carrée. Près de la Pyramide. Les touristes étaient nombreux, il faisait beau. J’adore cet endroit, pour son architecture et son histoire bien sûr mais surtout car cette foule répond à mon énergie et m’apporte cette énergie nécessaire.

Au milieu de cette foule d’enfants, de marcheurs, de femmes somptueuses et de guides touristiques, je vois une couple formé d’un homme en fauteuil roulant et d’une jeune femme d’environ 25 ans. Je pensais qu’elle était accompagnatrice ou une professionnelle qui s’occupe des touristes mais j’ai vu que leur relation était profonde. Cela se voit par la façon dont ils se parlent, se touchent, se frôlent. Ils s’aiment. D’expérience, je sais que l’amour ressort toujours sur les photos. Comme si la pellicule pouvait capter les émotions.

Comme d’habitude, avant de photographier, j’épie les amoureux étudiant leur sourire, leurs mouvements… cela me permet de savoir si la photo sera réussie.
Je m’approche enfin d’eux et après avoir présenté mon projet de livre et de blog en anglais, je les prends en photo. Pour accompagner chaque photo du blog et du livre je demande toujours à la personne une histoire, une opinion ou un avis sur sa vie, ses amis, sa situation, ses envies.

En les regardant, j’ai eu envie de connaitre l’occasion de leur rencontre. C’est elle qui m’a raconté leur histoire.

Elle promenait son chien dans un parc. Elle avait trouvé intéressant et un peu drôle de l’appeler « Google » comme le moteur de recherche. Elle pouvait alors dire « Cherche, Google » ou « j’ai de la chance d’avoir un chien comme lui ». C’est une femme très drôle et naturelle. Alors qu’elle était un peu distraite, le chien s’est échappé et a couru vers un homme en chaise roulante. Ce qui est normal pour Google, car il a été entraîné pour prendre soin des handicapés et les guider dans leur vie de tous les jours. Je soupçonne que cette femme en a fait son métier, mais je ne suis pas sûr : mon rôle consiste à poser une question ou deux, pas plus, sinon j’aurais l’impression de trop investir une vie qui n’est pas la mienne.

Une fois qu’elle s’est aperçue que le chien s’était rapproché de l’homme en chaise roulante, elle les a observés et a vu que l’homme était gentil avec l’animal. Ils se donnaient des câlins, donnaient la patte, se caressaient le museau ou se donnaient un coup de langue. Très clairement une amitié immédiate était née. En se rapprochant de ce nouveau couple, elle a été frappée par la gentillesse de l’homme, pas démonté une seconde par les attentions du chien.

Elle a commencé à discuter avec lui. Il lui a offert un café.
Cela fait depuis 5 ans qu’ils forment un couple amoureux. Mais le chien n’a pas pu les suivre à Paris. Dans mon esprit, elle s’appelle Isabel et lui c’est Luc.

Voilà pourquoi j’aime ce que je fais entre mes cours de droit et les soirées avec mes amis. Rencontrer des gens, les approcher un peu pour deviner le reste de leur vie. Et surtout relayer ces tranches de vie. Certaines touchantes comme celle de Google et de ses deux maîtres, certaines moins simples mais tout aussi intéressantes. « 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *